Affacturage inversé ou reverse factoring : explications

Traditionnellement réservé aux grandes entreprises, l’affacturage inversé suscite depuis peu l’intérêt des PME par ses nombreux avantages.

Demande d’Affacturage
Gratuit et sans engagement !
Exemple : 123 456 789

L’affacturage inversé ou reverse factoring est une solution de financement court terme à destination des fournisseurs d’un grand client. Par l’intermédiaire d’une société d’affacturage, le fournisseur peut obtenir le paiement de ses factures avant l’échéance contractuelle. Voici tous les détails à connaître sur ce mode de financement.

Définition du reverse factoring

L’affacturage inversé est né dans les années 1980. Il s’est d’abord développé dans le secteur automobile avant d’atteindre la grande distribution. Cette technique de financement s’impose désormais comme une solution courante au Royaume-Uni, en Italie et en Espagne où elle représente près de la moitié de l’activité d’affacturage, soit 57 milliards d’euros de flux annuels. En France, le reverse factoring a mis plus de temps à se développer. Alors qu’il ne représentait que 5,1 % du marché français global de l’affacturage en 2014, il connaît dorénavant de forts taux de croissance.

Plus précisément, l’affacturage inversé fait intervenir trois acteurs : le client, le fournisseur et la société d’affacturage. Dans les faits, ce dispositif fonctionne de la manière suivante :

  • Le fournisseur édite sa facture et l’adresse à son client. Toutefois, au lieu de lui demander son paiement, il se tourne vers un factor auprès duquel il cèdera la facture.
  • La société d’affacturage procède au paiement immédiat de la facture.
  • Le factor s’adresse au client pour obtenir le paiement du montant figurant sur la facture et qui a été avancé au fournisseur.

Il faut noter que cette solution ne concerne que les créances acceptées par le débiteur dont la solvabilité sera étudiée en amont par la société d’affacturage.

Les petites entreprises sont de plus en plus nombreuses à s’y intéresser. Il faut dire que l’affacturage inversé est un dispositif gagnant-gagnant. D’un côté, le client peut sécuriser sa chaîne d’approvisionnement en consolidant ses relations avec ses fournisseurs. Il peut également optimiser ses coûts de gestion en fiabilisant son process de validation des factures fournisseurs. De l’autre, les fournisseurs peuvent, grâce à cette technique, obtenir un financement rapide et à un taux privilégié suite à l’émission du bon à payer. Cela leur permet de mieux maîtriser leurs délais de règlement et d’améliorer la gestion de leur trésorerie.

Quels sont les avantages et limites de l’affacturage inversé ?

L’affacturage inversé ou reverse factoring présente un grand nombre d’avantages pour les entreprises qui y recourent :

  • Le client a la possibilité d’obtenir une ristourne commerciale auprès de ses fournisseurs pour les paiements au comptant tout en continuant à bénéficier de ses délais de paiement.
  • Le taux de l’escompte accordé avoisine généralement les 5 % et suffit à compenser le coût global d’un contrat d’affacturage inversé.
  • Pour le fournisseur, la mise en place du reverse factoring est moins onéreuse que l’affacturage classique car son coût est calculé sur un débiteur unique de premier ordre et non sur un grand nombre d’entreprises au profil hétérogène.
  • Les fournisseurs ne sont pas pénalisés par les délais de paiement et ne sont pas soumis au risque d’impayés. Leur besoin en fonds de roulement (BFR) et leur bilan s’en voient allégés.

Parallèlement, ce dispositif est associé à plusieurs inconvénients à connaître. D’abord, l’entreprise qui a signé le contrat de reverse factoring en supporte le coût au lieu du fournisseur, comme c’est le cas dans le cadre de l’affacturage classique. Ensuite, cette technique de financement ne fonctionne qu’avec des acheteurs couverts par une assurance-crédit, c’est-à-dire capables de prendre en charge les risques liés aux dettes fournisseurs. Enfin, peu de TPE/PME parviennent à mettre en place cette solution en raison des garanties élevées exigées par les factors.

Affacturage inversé : nos conseils pour le mettre en place

Pour utiliser de manière optimale le reverse factoring, il est indispensable de définir en amont ses objectifs et d’anticiper les coûts. Cette démarche s’impose en tenant compte du point de vue du donneur d’ordres et celui du fournisseur. Cet exercice d’anticipation est nécessaire pour impliquer suffisamment les parties prenantes en interne comme en externe et garantir le succès de l’opération. L’implication des commissaires aux comptes suffisamment tôt dans le processus permettra par exemple de limiter le risque de requalification d’une dette commerciale en une dette financière.

Négocier avec les fournisseurs

L’intéressement des fournisseurs doit être pris en compte car le plus souvent, un programme d’affacturage inversé n’atteint pas ses objectifs en raison d’une faible adhésion de ces derniers. Leur participation dépend de la force de conviction du donneur d’ordres, de la société d’affacturage et de l’attractivité financière du programme.

La négociation commerciale et financière entre les fournisseurs et le donneur d’ordres a pour effet de mobiliser les ressources de l’entreprise pendant un certain temps après la contractualisation entre l’entreprise et le fournisseur mais s’avère nécessaire au bon déroulement de l’opération.

Etudier le coût du reverse factoring

Pour résumer, la relation entre le donneur d’ordres et les fournisseurs est déterminante. Avant de recourir à l’affacturage inversé, l’entreprise doit aussi étudier le cout de cette solution. Pour rappel, celui-ci est composé d’une commission de service qui est généralement très faible car les volumes sont importants, d’une commission de financement basée sur le taux de l’Euribor à 1 mois ou à 3 mois auquel s’ajoute la marge de la société d’affacturage. Une simulation en ligne peut être réalisée sur le site d’un courtier ou d’un factor pour estimer le coût total de sa mise en place.

Comparer les offres

Vous pensez que l’affacturage inversé est la solution qu’il vous faut pour payer vos fournisseurs au comptant et fidéliser vos sous-traitants ? Avant de vous lancer, n’oubliez pas de comparer les offres. L’utilisation d’un comparateur d’offres d’affacturage en ligne peut vous faire gagner du temps et réaliser des économies. Concrètement, il vous suffit de remplir un formulaire rapide pour accéder aux meilleurs contrats du marché. Si vous souhaitez bénéficier d’un accompagnement personnalisé, n’hésitez pas à solliciter un spécialiste. Ce dernier répondra à toutes questions et sera en mesure de vous conseiller tout au long de l’opération.